Domaines de Vergy-Harlegnan



 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionLesparre
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Funérailles

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Izarra
Dame du castel
avatar

Nombre de messages : 444
Date d'inscription : 10/07/2006

MessageSujet: Funérailles   Lun 3 Mar 2008 - 0:59

[La chambre puis la chapelle]

Incapable une fois de plus de trouver le sommeil dans le vaste lit qui lui paraissait désormais un désert... A quoi bon s'acharner à chercher un repos qui ne viendrait pas? Avec un soupir mêlé de larmes, la duchesse se releva. Elle passa elle-même sa vêture, répugnant à réveiller sa pauvre Margaux. Une simple robe de lainage crème, une ceinture sans nulle décoration, la chevelure brune que commençait désormais à strier quelques fils blancs emprisonnée sous la guimpe de veuvage... Le miroir de Venise lui renvoya une image qu'elle peinait à reconnaître: les traits durcis, le regard perpétuellement voilé de tristesse, la bouche serrée en un pli dur et amer...

A pas silencieux, elle traversa les couloirs déserts du château et pénétra dans la chapelle comme dans un refuge, comme si le saint lieu et la divine présence pouvaient apaiser le chagrin qui la dévastait, donner un sens au décès qui ravageait leurs vies. Elle tomba à genoux sur les dalles froides de la chapelle, mains jointes, et sentit des flots de larmes couler presque malgré elle sur ses joues blêmes. Tous ces pleurs qu'elle retenait depuis des jours, cette peine qu'elle refoulait par orgueil, refusant de montrer sa souffrance, se murant dans son chagrin, s'écoulait d'un seul coup sans qu'elle fît rien pour les retenir...

Inspirant à pleins poumons pour tenter de retrouver un peu de calme, elle se laissa pénétrer par les effluves d'encens qui flottaient dans la chapelle. L'odeur lui rappelait d'autres nuits de veille passées ainsi en prières. Des nuits de paix, précédant d'heureux évènements: son baptême, son mariage, son adoubement.... Quel contraste entre sa joie et sa sérénité d'alors, et la colère et le chagrin de maintenant... Dies irae....

Raphaël... Raphaël...Raphaël... Comme un litanie revenait le nom de l'être aimé... Sans même s'apercevoir qu'elle parlait seule, elle donnait enfin voix à la souffrance, à l'incompréhension, au désarroi...


Pourquoi? Pourquoi Seigneur nous l'avoir repris si tôt? Et de cette façon? Ô Seigneur! Pourquoi l'avoir laissé mourir loin des siens? Dans la boue des chemins? De la main de vermines pas même dignes d'être piétinées par son cheval?

Elle se mordit les lèvres jusqu'au sang pour retenir le reste de ses paroles. Sa violence native, si soigneusement étouffée depuis des années, faisait renaître en elle colère et révolte envers les décrets divins, l'amenait à la limite du blasphème... Décidément, elle n'aurait pas trop d'une nuit de veille supplémentaire pour tenter d'accepter l'inacceptable...


Dernière édition par Izarra le Lun 3 Mar 2008 - 17:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florie

avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 20/07/2006

MessageSujet: Re: Funérailles   Lun 3 Mar 2008 - 14:54

Devant la porte ouverte de la chapelle, elle s’arrête un instant, l’air est glacial et l’encens répand une odeur rapidement entêtante. Izarra est là devant l’autel. Florie a du mal à croire que cette silhouette à terre, cette forme recroquevillée sur elle même, hoquetant sous les sanglots, cette femme terrassée par la douleur, n’est autre que son amie. La belle et resplendissante Iza, immuablement sûre d’elle même, ferme et solide, crainte et admirée qu’elle connaît depuis ….. depuis toujours.

Elle l’observe ainsi un long moment hésitant à lui faire savoir qu’elle est là, presque honteuse de lui voler, ce moment d’intimité douloureuse.

Enfin elle se décide, s’avance lentement et vient se poster derrière elle. Elle ne veut pas l’effrayer et murmure doucement :


Izarra ? Elle pose délicatement sa main sur son épaule …. Je suis là ma belle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izarra
Dame du castel
avatar

Nombre de messages : 444
Date d'inscription : 10/07/2006

MessageSujet: Re: Funérailles   Lun 3 Mar 2008 - 16:07

Un petit sursaut au contact de la main. Izarra relève son visage inondé de pleurs, distingue tant bien que mal à travers ses larmes les traits de Florie. Flo, sa Flo... Toujours là dans les moments pénibles, avec son affection, sa douceur, son immense bonté.... Toujours prête à s'oublier elle-même pour aider les autres. Qu'il est bon de la voir aujourd'hui, de pouvoir la serrer dans ses bras, pouvoir lui dire.... Mais pourquoi parler au fond? Les mots sont si faibles dans ces moments, et les deux femmes se connaissent si bien.

Se relevant péniblement, la duchesse serra un long moment sa fidèle amie dans ses bras. Puis parvint à esquisser un petit sourire, pâle imitation de sa joie d'antan mais sourire tout de même, et lui glisse à l'oreille


Merci... Merci d'être là, toujours là quand j'ai besoin de toi... C'est si bon de te savoir près de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florie

avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 20/07/2006

MessageSujet: Re: Funérailles   Lun 3 Mar 2008 - 17:42

Au sourire d’Izarra, Florie répond par le même, triste, mais chargé de bien plus de sentiments que ne l’auraient fait des mots.
Elle lui passe doucement la main sur les joues pour en faire disparaître les flots du chagrin.


Allons ma belle tu dois être forte, encore un moment. Faire face et te montrer solide telle que tu sais si bien l’être.
Je vais rester là parmi tes amis. Un signe de toi et je serai à tes cotés.
Et de grâce pas de merci pouvais-je vraiment sans nous trahir, ne pas être là?


S’attendant à l’arrivée prochaine des premières personnes venues saluer Kratos pour la dernière fois, Florie va se placer au fond de la chapelle, laissant Izarra seule pour les accueillir, espérant lui avoir redonné pour un temps le courage nécessaire. Elle s'agenouille, se fait discrète...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aélis Amandine

avatar

Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 20/07/2006

MessageSujet: Re: Funérailles   Lun 3 Mar 2008 - 18:06

Trottinement sur les pavés froids de la chapelle. Silencieusement, Aélis vient se joindre à sa mère et à sa marraine pour cette épreuve. Journée sombre, qui a commencé péniblement par une dispute monumentale avec le Dragon. "Il faut vous vêtir sobrement enfin ma fille! Vous n'allez point à un bal! Votre attitude est inconvenante!" avait rugi, hurlé et tempêté la gouvernante. Mais Aélis n'est pas pour rien la fille de sa mère. Obstinée, têtue, butée, elle avait fini par obtenir gain de cause: revêtue de sa plus belle robe de velours incarnat, couronne seigneuriale en tête, sa parure était pour elle un hommage silencieux à l'homme qui l'avait aimée comme sa fille, adoptée, qui avait fait d'elle une demoiselle noble. Pour un si grand homme, nulle parure n'était assez belle!

Parvenue au bout de la nef, la jeune fille se hissa sur la pointe des pieds pour embrasser sa marraine, bien heureuse de la trouver ici.


Bonjour ma marraine! C'est bon de te voir tu sais !

Elle se tourne ensuite vers sa mère, dont le masque d'impassibilité et de froideur s'est brisé. "Enfin" songe-t-elle, "je ne reconnaissais plus mère dans cette statue froide qu'elle était devenue." Pas un mot ne parvint à franchir ses lèvres qu'on dirait soudées l'une à l'autre par l'émotion. Mais une petite main fine et blanche qui jaillit de la robe de velours, vient attraper celle de sa mère, la serre de toutes ses forces et ne la lâche plus. Mère et fille unies comme elles l'ont toujours été au plus loin que remontent ses souvenirs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eloin

avatar

Nombre de messages : 152
Age : 31
Localisation : Bordeaux ou Noirlac
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Funérailles   Lun 3 Mar 2008 - 18:35

Elle était sur le pas de la porte, attendant qu'on l'appelle si besoin s'en faisait ressentir. Vêtue de noir, comme la plupart des gens de la maisonnée en ce jour de funérailles, Eloin se faisait discrète, et cela, elle le réussissait à merveille. Elle n'avait pas connu le duc, ce qu'elle savait de lui, elle l'avait appris de la duchesse, de Margaux, ou de damoiselle Aélis. Elle n'était pas entrée dans la chapelle à la suite de sa dame car elle savait que la n'était point sa place, elle qui ne connaissait point la douleur de perdre un être cher. Et elle tenait à respecter cette journée de reccueillement, quitte à devoir la passer auprès des domestiques. Après tout, avant de connaître la duchesse, elle était comme eux, gens de la terre. Elle avait passé beaucoup de temps avec Margaux et maître Chicheface, ces derniers jours, afin de vérifier que tout se préparait comme il le fallait. Elle avait ainsi libéré la duchesse et la dame de Léard de cette tâche, leur permettant de passer du temps ensemble, de se rapprocher, et de partager leur peine et leur deuil. Elle n'avait reçu aucun remerciement ni commentaire sur cette décison qu'elle avait prise, mais elle savait qu'Izarra lui en serait reconnaissante.
Perdue dans ses pensées, c'est à peine si elle vit Aélis entrer dans la chapelle, peu après l'arrivée d'une dame visiblement proche de la duchesse. Aélis portait une robe couleur d'écarlate, ce qui se sauterait aux yeux des invités pensant trouver du noir et des couleurs sombres dans le castel. Eloin ne savait point trop pourquoi la demoiselle avait choisir une telle couleur pour des funérailles, mais, à voir son visage fermé, il était certain qu'elle partageait cette douleur qui avait envahi le castel à l'arrivée de la dame de Léard avec son morbide fardeau. La dame de Léart qui, d'ailleurs, faisait front haut devant les invités qui franchissaient l'entrée du domaine.
Elle admirait leur courage, leur force de caractère pour pouvoir rester debout après tant d'épreuves passées et à venir. Frissonant sous le vent qui se levait de nouveau, elle décida de retrouver la chaleur des intérieurs. Une dame de compagnie malade et alitée ne servirait point à grand chose. Faisant demi-tour, elle quitta de son pas silencieux le parvis de la chapelle, puis entra dans le logis, prenant place dans ses appartements, en laissant toutefois la porte entrouverte, pour informer qu'elle était disponible.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistercien.forumactif.com
Lysesl

avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 17/12/2006

MessageSujet: Re: Funérailles   Mar 4 Mar 2008 - 1:13

Lys s'était laissée guidée vers la chapelle.
En arrivant à la porte, elle vit Dame Izarra tenant sa fille par la main ainsi qu'une autre dame qui semblait bien les connaître.
Lys attendrait avant d'aller présenter ses hommages à Izarra.
Ce délai lui permettrait aussi de se ressaisir... Elle n'avait pas eu l'occasion de dire adieu à Ars, son corps étant resté à Compiègne.
Elle prit donc place sur un banc, attendant la cérémonie.


Dernière édition par Lysesl le Mer 5 Mar 2008 - 4:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Funérailles   Mar 4 Mar 2008 - 11:23

Avancée lente et difficile sur le trajet menant à la chapelle.
Des silhouettes autour de lui, ses frères et soeurs, il le savait. Plongé dans ses pensées, il avançait vers le lieu de recueillement. Dieu qu'il détestait pareille cérémonie.
Tout bien réfléchi, il n'aimait guère tout ce qu'il se tramait en ces édifices dédiés au culte.

Trop de souffrances, trop de morts et de violence, perpétrés au nom d'un Dieu ou d'un autre.
Trop de bassesse, trop de calmonie par certains se répondant au nom d'envoyés ou émissaire des instances divines.
Trop de rancoeur aussi sur ce qu'il avait du subir du fait de ceux là même qui prônaient dans leur dogme foi, sagesse et partage.
Enguerrand avait choisi, depuis plusieurs années déjà, de croire en l'être divin plutôt qu'en son église. Prêter serment et fidélité à une âme pure plutôt qu'à ses représentants terrestres.
Mais tout cela restait pensées secrètes, profondément enfouies en son âme, farouchement gardées par son esprit, même affaibli par les épreuves récentes.

Vacillement du corps le rappela soudainement à la réalité. Il avait pénétré en la chapelle sans même s'en apercevoir, le brusque changement de luminosité tout juste perçu par ses sens occupés.
S'adosser au portique, souffler un instant, reprendre esprit et force.
Plusieurs femmes déjà étaient présentes, ainsi qu'une jeune fille, tenant par la main celle qui devait être l'épouse du défunt Commandeur.
Préférant avancer de concert avec ses frères et soeurs, il resta un instant immobile, toujours soutenu par les murs de la chapelle, attendant qu'un ou l'autre des licorneux vienne présenter ses hommages à la duchesse, profitant de cette courte pause pour rassembler forces et esprit, une main glissée sous sa cape, tenant fermement petite bourse de cuir nouée à sa ceinture.
Pas ici. Pas maintenant, il ne devait pas céder, ne pas se laisser dominer par ses besoins et son corps réclamant son dû.
Revenir en haut Aller en bas
florie

avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 20/07/2006

MessageSujet: Re: Funérailles   Mar 4 Mar 2008 - 12:16

Point de discrétion possible lorsque sa filleule faisait son entrée quelque part. Florie tend volontiers sa joue à la jeune fille.

Citation :
Bonjour marraine ! C’est bon de te voir tu sais !

J’aimerais pourtant tellement ne pas avoir à être là ma douce... Lui avait elle simplement répondu.

Puis elle l’avait observée tenant fermement la main de sa mère, dans sa tenue seigneuriale certes critiquable, mais au combien prévisible. Plus elle voyait l’enfant grandir, plus il lui semblait revenir des années en arrière, telle ressemblance de caractère, toute normale qu’elle fut entre une mère et sa fille, surprenait toujours autant Florie.
Bien sûr Aélis avait eu dès l’enfance la noblesse qu’Izarra avait du arrachée à force de travail et de courage, mais la jeune fille semblait en avoir tiré toutes les qualités et Florie en ressentait comme une certaine fierté même si elle n’y était pour pas grand chose.

Ainsi perdue dans ses pensées, elle échappait un instant à la pesanteur du moment. Si bien qu’elle ne s’aperçut pas de suite de l’arrivée de deux autres personnes. Une jeune femme qu’elle ne connaissait pas et un homme visiblement mal en point, un licorneux à en croire sa tenue.
Comme Florie s’apprêtait à aller l’aider, les paroles de Cerridween lui revinrent en mémoire


Citation :
...j’aurais mes frères et sœurs d’arme bientôt...

Elle s’abstint donc pensant que l’homme préférerait sûrement le soutien des siens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Funérailles   Mar 4 Mar 2008 - 13:31

Il avait été précédé de plusieurs personnes en la chapelle de Beaumont. Le dallage faisait claquer ses bottes de monte et la nef répercutait l'écho, troublant ainsi le coté silencieux reservé normalement à la spiritualité.

Mais il n'était pas homme de spiritualité. Il était milites comme on dit. Il avait cependant laissé Etercelet, on entre pas armé. Meme si Kratos ne s'en serait pas formalisé pour autant. Il avait été bataillard le bougre!

Cela dit, il n'était pas irrespecteux. Il était lui aussi en deuil, un Frère était mort. Et d'autant plus qu'il n'avait pu venger en personne sa mort. Sa veuve était là. Entourée. Tant mieu, rien n'est plus mauvais que femme isolée en son chagrin. Enguerrand stoppa. Le Vicomte le contourna. Chacun sa manière, chacun sa croix.

Prenant place sur les bancs, comme pour un chapitre mais a l'envers, car ici ils communiaient pour le départ d'un Frère tandis qu'au chapitre il communiaient à la naissance d'un Frère.

Mort et Naissance. Les Lucornes se cachent pour mourrir ou elles meurent, la corne encore entaché du sang de l'agresseur.

Chasseuses non proies, ainsi étaient les Licornes. Ainsi cette majestueuse Licorne, avec des muscles saillants, la corne ébréchée par les moults combats menés, l'oeil percant, de celles qui connaissent bien la Mort. Si on devait dépeindre Kratos, c'est ainsi qu'il le représenterait.

La chapelle pourrait elle contenir tout le monde?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Funérailles   Mar 4 Mar 2008 - 15:22

Akane entra dans la chapelle... Elle vit la veuve qui semblait bien entourée, et n'osa pas pour le moment présenter ses condoléances.
Alcalnn était déjà assis, attendant le dernier hommage de l'homme trop vite disparu... Enguerrand quant à lui, se tenait immobile, ne sachant que trop faire visiblement... Elle posa sa main sur son épaule, comme si elle voulait le guider, et lui dit en ces quelques mots


- Allons mon frère, ne reste pas debout ainsi, assis toi donc près de Bellabre, tu viens de sortir d'une grosse blessure...

Elle l'invita à la suivre, et s'assit sur le banc non loin d'Alcalnn. Bref salut de la tête à son intention. Attente de la suite des événements, son coeur se serra, trop de souvenirs affluent en son esprit...Julik... Celarion... Leurs enfants qui avaient perdus leurs parents, alors qui venaient de naître... Puis vint l'image de Kratos et Wellannn... Elle serre les poings sur l'étoffe de sa robe de deuil...Et retient avec difficulté ses larmes. Il le fallait cependant, il fallait être forte pour Kratos et les siens.


Dernière édition par Akane le Jeu 6 Mar 2008 - 1:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Funérailles   Mar 4 Mar 2008 - 15:39

Zalina avait suivi Enguerrand depuis le pont levis mais à bonne distance.
Elle n’avait vraiment pas envie de prononcer un mot. Après avoir joué les gamines, les têtes de mules, elle voulait devenir muette. Et en ce jour, elle était bien décidée à ne pas desserrer les dents d’un millimètre.

Son regard n’était pas des plus bavards non plus.
Vide, fixé droit devant, sans rien voir que le clocher de la Chapelle où le corps de son Frère devait reposer. Seul point de repère dans le flou alentour où tout semblait avoir disparu.
Seul objectif : cette Chapelle.

Enguerrand semblait vaciller. Son instinct de Sœur reprit le dessus sur son envi de disparaitre.
En quelques pas rapides, elle lui attrapa le bras et l’aida à se redresser.
La Petite Peste lui accorda un regard. Regard déterminé mais vide d’une petite seconde qui se détourna rapidement pour jeter un coup d’œil dans la chapelle.

Izarra…
Zalina avait bien conscience qu’elle devrait aller lui présenter ses condoléances. C’est ainsi que l’on fait. Mais pour l’heure, elle ne pouvait pas.
La Duchesse était déjà entourée et bien entourée.

Florie… Il y avait si longtemps que Zalina n’avait pas croisé la seule personne qui avait bien connu sa mère avant sa mort. Elle avait tant de questions à lui poser sur cette dernière. Mais pas aujourd’hui… peut être un jour… Peut être jamais. Cela n’avait que peu d’importance au final. Stéfie ne reviendra jamais… pas plus que le Commandeur.
Une brève inclinaison de la tête pour saluer la Dame avant de reporter son attention, mais pas son regard, sur son Frère.

Une simple pression sur le bras d’Enguerrand pour le faire avancer et ils suivirent Akane.
Aucun mot, aucun autre geste. Juste des actes. Il fallait qu’ils entrent, alors ils vont entrer. Enguerrand n’avait pas le choix… et elle non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Funérailles   Mar 4 Mar 2008 - 16:16

Caturix du fait de sa faible vélocité du à sa jambe un peu rechignarde au fait d'avancer... en gros il boitait.....avait mis un peu de temps pour atteindre la chapelle.
En tout cas beaucoup plus que ses frères et soeurs d'arme.
Il ne devait pas non plus avoir pris le chemin le plus court... surement un courant d'air s'était-il insidieusement glissé dans son esprit pendant le parcours....
[Private Joke inside...Wanou si tu nous écoute ^^]

Mais finalement il arriva de son pas lent et peu régulier... difficile avec une jambe valide et une autre beaucoup moins... à l'entrée de la chapelle.
Il pénétra doucement dans le batiment sacré et fit le tour de la pièce du regard.
Enguerrand, Akane et Zalina se trouvaient juste devant....Enguerrand un peu perdu semblait-il... il n'avait donc pas retrouvé complètement son esprit....
Alcalnn lui un peu plus loin semblait attendre que le temps se passe... et plus loin la veuve était entouré de deux femmes.

Le normand ne savait pas trop comment il irait présenter ses condoléances à la duchesse.... trouver les bons mots n'était pas sa qualité première loin s'en fallait... mais il essaierait de s'inspirer de Zalina ou de Enguerrand.

L'errant se demandait par ailleurs, puisque la rousse lui avait dit qu'il devrait peut etre porter le cercueil avec des frères si la cadence d'un boiteux ne serait pas trop déshonorante....vaste question mais il était sur que la cadence ne serait pas des plus belles s'il participait au portage...
Cela ne dérangeait aucunement Caturix mais il doutait que les autres apprécient....enfin en tout cas les personnes qu'il ne connaissait pas.... car ses frères et soeurs ne devraient pas s'en indigner pensait-il...

Avançant malgré sa réflexion, le baron normand se retrouvant avec une rapidité très relative près du banc ou Alcalnn s'était assis. Ne cherchant pas à aller plus loin, Caturix prit place à coté de lui et attendit en silence que la chapelle se remplisse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Funérailles   Mar 4 Mar 2008 - 16:34

Son entrée avait été notée par une des jeunes femmes, plus loin en la chapelle. Moment d'hésitation, celle ci semblant vouloir se diriger vers lui, le regard traversé d'une ombre d'inquiétude, avant de se raviser.
Se reprendre. Trouver la force. Quelque part.
Doigts venant enserrer la bourse de cuir, jouant inconsciemment avec la lanière qui la maintenait fermée.

Comme si cela ne suffisait pas, après le passage de l'errant Alcalnn, ce fut au tour d'une de ses soeurs de venir prendre soin de lui.
Main amicale posée sur son épaule. Quelques mots rassurants. Point de sourire en ce douloureux moment, mais regard chaleureux, bienfaisant.
D'un signe, elle l'invita à la suivre.
Une seconde de plus. Rien qu'une. Encore une fraction d'iéternité pour parvenir à s'élancer dans la travée.

Un pas en avant.
Douleur.
Déséquilibre.

Une main, venant le soutenir. Celle de la petite peste. Ombre d'elle même. Si loin de celle qu'il avait connue quelque temps auparavant.
Signe de tête en guise remerciement. Rictus dépité.
Dieu que son allure devait inspirer pitié. Trois femmes, coup sur coup, inquiètes de son état.
Lui.
Qu'était il devenu. Ou avait disparue cette partie de lui qui lui faisait tant défaut depuis de longues semaines.
Pression sur son bras. Sans un mot, sans une parole, Zalina avait trouvé comment l'encourager à avancer.
Soutenu par sa soeur, Akane ouvrant la voie, il fit les quelques pas les séparant du banc où ils allaient prendre place.
Manquant de chanceler, il sentit son flanc le doler. Il allait payer au centuple sa folie de parcourir ces routes pour venir jusqu'ici.
Ne plus souffrir. Tout plutôt que sentir son corps ployer sous les assauts du mal.

Imperceptiblement, sa main senestre, toujours glissée sous sa cape, défit le cordon de la bourse, ses doigts s'emparant d'une petite pincée d'herbes broyées, qu'il porta à sa bouche d'un geste vif.

Voilà qui était fait.

Au moins, pour quelques temps, cette douleur le fuirait.
A quel prix.
Celui des hallucinations et visions qui, déjà, commençaient à hanter ses sens.
Il devait prendre place au plus vite. Se reposer, se laisser envahir par les délires qui bientôt allaient occuper toute son âme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Funérailles   Mar 4 Mar 2008 - 20:31

Morfalas avait mandé au valet qui le conduisait de stopper en chemin, il ne se sentait pas encore le coeur à entrer en la chapelle de Beaumont.

L'atmosphère y serait lourde, chacun si sentirait seul. Seul et désespéré d'avoir perdu un ami, un frère, un grand homme. Comment accepter une telle tragédie, si elle n'était point grecque, elle provoquait tout autant des larmes.

Adossé contre un mur, c'est l'ombre de Varenne qui se morfond d'avoir laissé pareil accident se produire, si seulement il avait fait d'autre choix... plus courageux, surement que le destin aurait été différent, ne se serait il pas trouvé sur les routes aux côtés des Vergy ce jour là ? Surement...

Domfront souffre de se savoir si inutile, son ami commandeur lui ne l'était pas, il lui doit tant...

Des licornes passent tous ont le visage fermé, l'air grave et les lèvres serrés, pas besoin de mots pour se comprendre.

Varenne doit porter le cercueil de son ami, alors ou aller? Que faire? il n'en sait rien et n'avait pas le coeur à demander à sa tendre rousse qu'il a du abandonner sur les pavés de la cour d'honneur.

Le valet est immobile il ne bronche pas, il ne montre pas de signe d'impatience, comprendrait il la douleur qui ronge le Duc en ce moment? Surement Kratos était un seigneur au coeur noble ... il laisse même des regrets à ses gens.

Se remettre en route pour la chapelle et ne pas faillir, honorer sa promesse faite à Cerrid, il portera la demeure mortuaire du vaillant kratos qui s'envolera pour trouver place parmi les saints.

Les portes de la chapelle se présente devant lui, ouverte sur une nef presque vide, tous sont assis ou presque. Au bout de l'allée, deux femmes et une enfant, parmi elles la Duchesse profondément triste si bien que cela retourne le coeur de Morfalas un peu plus.

Il l'a connu si forte, la croissant de ci de là, et veillant à ses côtés à Montmirail, une grande dame, mais tout cela ne suffit pas à balayer la peine de perdre l'être aimé, qui pourrait la blâmer. Nul ne le peut.

Il se prépare à jouer son rôle, un pas de côté le voilà maintenant debout immobile juste à côté de l'entrée de la petite chapelle, attendant qu'on fasse appelle à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Funérailles   Mer 5 Mar 2008 - 0:13

Arrivée silencieuse. Derrière l'Errant normand clinquant, tout le monde passerait pour silencieux.

Mackx alla se placer discrètement au fond, peu visible. Sa faible connaissance de Kratos ne lui dictait pas d'aller à l'avant, places d'honneur pour ceux qui l'avaient mieux connus.

Non, le fond et le silence lui allaient bien. Montrer à ceux qui en avaient besoin qu'il était là et partageait leur douleur, mais sans en faire étalage. Calme, sobre et triste, comme un fils de la Licorne qui a perdu un Grand Frère, un modèle dont il ne s'est pas assez inspiré.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Funérailles   Mer 5 Mar 2008 - 1:34

Arrivé d’un pas lent avec Enguerrand près du banc que les Licorneux se sont appropriés.
Toujours regard fixé dans le vide et lèvres serrées.
Zalina prend place à son tour et replonge dans ses pensées ou plutôt le vide de son esprit. Elle n’est plus que du vide depuis des semaines. Une carapace vide en attente de la mort. Si seulement Aristote lui avait accordée au lieu de prendre le Commandeur… Encore une erreur de destinataire de la faucheuse.

Ca bouge à son coté. Engue trouve de nouveau le moyen de casser la croûte dans un moment inopportun. Cela fait deux fois en peu de temps, il y a quelque chose de pas normal.
Mais comme lors de la cérémonie à Ryes, ce lieu n’est pas un endroit pour avoir des explications.
Regards en coin quand même, pour le surveiller. Il faut vraiment qu’ils aient cette petite conversation tous les deux… Elle irait se terrer après. Les Frères avant les états d’âme personnels.

Frères qui arrivent les uns après les autres. Tous avec la mine triste et peu envi de parler. Chacun sait ce que les autres ressentent, pour le ressentir eux même. Plus tard, il faudra l’exprimer pour la famille de Kratos… plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
jason



Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 05/03/2008

MessageSujet: Re: Funérailles   Mer 5 Mar 2008 - 12:15

Du Chateau de Mompoupon

Citation :
Madame la Duchesse

Au nom de la Famille des Prie-Montpoupon, nous vous prions de recevoir nos plus sincères condoléances dans la perte de votre cher époux.

Notre famille à maintes reprises à eu l'honneur de travailler avec votre époux, et en ai ressorti grandi, son enseignement restera pour nous, à tout jamais graver dans notre nom.

Recevez Madame, notre amitié

Jason et son épouse Passion
Moniah
Océanne et son époux Alddébarrant
Baya et son époux Lothaire
Mattieux




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eloin

avatar

Nombre de messages : 152
Age : 31
Localisation : Bordeaux ou Noirlac
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Funérailles   Mer 5 Mar 2008 - 20:44

De retour dans la chapelle, après plusieurs heures d'absence, et un petit détour par l'entrée du castel pour offrir à la dame de Léard un verre d'eau. Une recommandation de celle-ci, une promesse faite qu'elle s'efforcerait d'honorer de son mieux. L'heure de rejoindre les bancs de la chapelle approchait, la cérémonie ne devrait pas tarder à commencer. Les derniers invités discutaient avec dame Cerridwen, leur arrivée sonnerait certainement le début des funérailles.
Soupir avant d'entrer dans la chapelle silencieuse. Qui aurait pu prédire qu'elle aurait à supporter un tel évènement si peu de temps après son arrivée dans la mesnie de Vergy? Le seigneur la mettait-il à l'épreuve, souhaitant qu'elle trouve elle-même sa place lors de ces jours tristes et monotones? Peut être... En tous cas elle ferait de son mieux, veillerait au moindre détail afin de décharger les dames de la maison de tous ces petits détails.
Sa main pousse la porte restée entrouverte de la chapelle. Petit remerciement au Très Haut en n'entendant pas la porte grincer, ce qui était pourtant habituel des portes des lieux saints. Signe de croix en trempant deux doigts dans le bénitier toujours empli d'eau sainte et transparente, lui renvoyant son reflet de femme en noir. Par respect, et par devoir, elle portait la couleur du deuil, cette couleur qui avait envahi le domaine et qui ne le quitterait plus pour un long moment, elle le savait. Les rires se feraient moins forts, les évènements heureux seraient accueillis avec une certaine réserve, et puis, au fil du temps, la joie reviendrait, le noir s'estomperait, et la vie reprendrait ses droits, car ainsi doit-il en être.
Elle avance lentement dans la chapelle, passant par un coté de la nef pour éviter de traverser celle-ci. Y passer en serait revenu à passer devant tous les gens qui étaient là à se reccueillir avant le début de la cérémonie, et elle tenait à ce que les présents puissent continuer leurs prières sans être dérangés par elle. L'officiant de ce jour se chargerait de cela. Arrivée devant l'autel, elle se baisse en une révérence devant la duchesse, sa fille et la dame qu'elle avait vue tantôt. Petit sourire à Izarra, murmure qui résonne malgré tout sur les pierres de la chapelle.


Les derniers invités ne vont point tarder, ma dame. Certains sont déjà icelieu. Nous devrions prendre place sur les bancs...

Phrase laissée volontairement en suspens, pour appuyer sa suggestion. Ne jamais imposer, mais proposer et apporter des arguments. Cela, elle l'avait appris au fil des années, comme tant d'autres choses qu'elle avait découvert par elle-même, n'ayant que les soeurs solitaires pour l'aider dans ses découvertes des choses de la vie.
Eloin se relève, recule de quelques pas, attendant la réponse de la duchesse. Hochements de tête pour saluer les gens présents dans la chapelle lorsque ceux-ci lèvent le regard vers elle. La chapelle semblait avoir rétrécie vu le nombre de personnes étant venues assister aux funérailles. Bien sur, tout le Maine ne s'est point déplacé, mais la chapelle, de fort petite taille, s'emplissait bien vite, et il suffisait qu'une dizaine de personnes y soit présente pour que sa capacité de places assises soit atteinte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistercien.forumactif.com
Guilhem

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: Funérailles   Mer 5 Mar 2008 - 21:47

Un enfant pénètre dans la chapelle...seul...un peu perdu devant tout ce monde...Son regard se promène sur tout ces gens présent...Des visages qui ne lui rappel rien, mis a part certains quelque peu familier... mais il ne saurait mettre un nom sur ces gens... Il avance, la respiration courte, comme exténué après une longue course, qu'il n'as pourtant pas effectué...Il avait passé la matinée a errer dans les couloirs du castel...Vêtu de couleur sombre pour marquer ce deuil qui le ronge de l'intérieur ses cheveux mi-long laissé tel quel, aussi noir que le plumage d'un corbeau...Au cou lui pendait un anneau d'argent, pris dans la matinée dans le bureau de son père...Une chevalière aux armes des De Vergy...Sans aucune décoration, si ce n'est le blason familial gravé, ainsi que la devise a l'intérieur... « Valu Valeo Valebo », j'ai valu, vaux et vaudrais..Une phrase qui prenais tout son sens devant un tel rassemblement, pour un dernier hommage a un homme qui avait tant donné pour son Roy, pour son peuple, pour ses amis...

Serrant aussi fort qu'il le pouvais cette chevalière, il ferma les yeux...Se répétant inlassablement cette devise, comme pour mieux s'en imprégner...Son père avait réussit à faire de cette devise une réalité pour lui, l'enfant savais maintenant ce qu'il devait faire de sa vie, respecter la tradition familial, et faire perdurer le sens de cette devise du mieux qu'il le pouvais...Sa tante commençait a réaliser aussi cette œuvre...Avançant toujours les yeux fermer, il s'arrêta finalement au milieu de la chapelle, ouvrant les yeux...Regardant a travers les vitraux, aux décorations équivoques, la lumière du soleil, qui l'attirait...C'était comme un message du défunt père, un dernier signe d'adieu, avant qu'il ne puisse plus le voir...ses yeux azur s'emplirent de larmes, Retenant celles-ci de toutes ses forces, seuls quelques larmes perlèrent le long de ses joues...Il ne voulais pas se montrer faible devant tout ceux qui admirait son père, il ne voulais pas donner une mauvaise image du fils d'un homme aux multiples valeurs...Se calmer...Se retenir...Rendre un dernier hommage comme il le méritait, voilà les maitres mots qu'il se répétait en boucle...

Il resta planter là ou il était, dans la lumière coloré diffusé par les vitraux...Sans un mot...Sans un geste...Il regardait simplement devant lui, dans le vague...Les murmures des invités bourdonnant en écho dans sa tête comme le bourdonnement d'insectes volants...Il attendait que tout cela se termine...Il attendait que tout le monde parte...Il attendais cela pour parler à sa mère...Pour pouvoir suivre la voie que lui avait tracé son père...Une voie directe pour une vie qui aurait rendu son père fier de lui...La vie qu'il souhaitait...Une vie de chevalier...


Père...Aide moi...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
toucoul

avatar

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 22/07/2006

MessageSujet: Re: Funérailles   Mer 5 Mar 2008 - 21:54

Le Mulet Blanc flâne avant de passer le seuil de la chapelle, il n’est pas un habitué de ce genre de lieu. Il voit entrer les hommes et femmes venus pour le passage du Commandeur, beaucoup de têtes inconnues mais des armes qui le sont moins. Il sourit en voyant la jeune Zalina, il était certain de la trouver pour la cérémonie.

Allons Le Mulet ce n’est pas une bière qui va te faire rebrousser chemin. Tel est le lot de tout un chacun. Ton tour viendra à point nommé. Songe le Comte

Poussant la porte, il se décide enfin à entrer dans l’antre d’Aristote. La pénombre le surprend, il cligne des yeux ne voyant que des formes le temps qu’ils s’habituent à la différence de luminosité.
Ses quinquets sont maintenant en accord avec l’ambiance régnante. Il voit sa vieille amie Izarra et sa fille lui tenant la main. Son regard maintenant se pose vers l’étoile de sa vie. En claudiquant il se dirige vers elle et s’assoit à ses côtés. Assis il pose tendrement sa main sur son épaule en lui murmurant.


Je suis la ma belle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aélis Amandine

avatar

Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 20/07/2006

MessageSujet: Re: Funérailles   Mer 5 Mar 2008 - 22:03

Une pression plus accentuée sur sa main... Aélis lève les yeux vers sa mère et la voit fixer un point... Un point bien précis... Au milieu de la nef... Guilhem... Elle sent sa mère se raidir, elle savait, par certains regards, certaines bribes de conversation saisies, que les relations n'étaient pas au beau fixe en ce moment entre mère et fils....

Un instant d'hésitation... Elle lâcha la main maternelle et descendit lentement la nef vers son jeune frère... Pas question de le prendre par les épaules ou par la main, il détesterait être traité en enfant. Mais simplement se placer près de lui, en soutien silencieux. Ce qu'elle fit, dans un murmure audible uniquement pour l'enfant aux yeux clairs :


Courage petit frère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florie

avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 20/07/2006

MessageSujet: Re: Funérailles   Mer 5 Mar 2008 - 23:01

La chapelle s’emplissait peu à peu, Florie avait répondu discrètement à Zalina pour s’enfoncer ensuite dans les souvenirs qui curieusement aujourd’hui, la harcelaient. Tant d’amis déjà partis et qui lui manquaient tant, elle était seule la plupart du temps, sa vie s’usait irrémédiablement à elle aussi. Les yeux dans le vide depuis un long moment n’ayant plus regarder les gens entrer, elle sent une main se poser sur son épaule.

Je suis là ma belle

Elle se tourne et le regarde, un instant étonnée. Sans mot dire elle lui sourit, prend sa main et la tient serrée dans la sienne. Comme toujours sa présence lui redonne vie. Elle regarde autour d’elle. Plusieurs personnes étaient arrivées sans même qu'elle s'en soit rendu compte
.

C’est alors que se présente Guilhem, Florie ne le reconnaît pas de suite il a tellement grandit et puis ces traits, durs, fermés, tristes. Supporter si jeune une telle épreuve. Et puis cette ressemblance ….

Comme Aélis le rejoint, Florie détourne son regard, baisse la tête, ravale les larmes qui menacent de surgir et serre encore plus fort la main de Toucoul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkam



Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: Funérailles   Jeu 6 Mar 2008 - 0:54

Il était plus que temps hélas. C'est le coeur lourd que Florent se dirigea vers la chapelle. Pour sa première célébration de chapelain de Saint Louis de Beaumont, voilà qu'il devait officier les funérailles de son cher cousin. Triste intronisation que la sienne...

Pénétrant à pas lents dans le lieu saint, il fut touché de voir le nombre de personnes présentes. Il remonta lentement jusqu'à l'autel, récita une rapide prière puis inspira et se retourna pour faire face à l'assemblée tandis qu'il prenai la parole.


Mes biens chères soeurs, mes bien chers frères,

Nous sommes réunis aujourd'hui pour rendre un ultime hommage à un ami, un frère, un parent, aujourd'hui décédé, Raphaël de Vergy. Cet homme remarquable laisse en nos coeurs un vide qu'il nous sera difficile de combler un jour, si nous y parvenons.

Prions ensemble pour l'élévation de son âme dans le soleil.



Le chapelain eut un petit geste en direction de Chicheface, entré avec lui dans la chapelle et resté près de l'entrée, afin que l'intendant puisse donner le signal de la levée du cercueil tandis que lui-même poursuivait la prière reprise après lui par les fidèles:

Citation :
Après tous nos regards qui ont croisé le sien, qu’il puisse enfin voir le tien, Ô Très-Haut.
Dieu, ne détourne pas ton regard de notre ami.
Après l’amitié qu’il a reçue et qui a guidé sa vie, accorde-lui l’amitié ultime qu’est la tienne, toi Notre créateur.
Dieu, ne détourne pas ton regard de notre ami.
Après les peines et les larmes qui ont obscurci sa vie, illumine sa route pour l’éternité.
Dieu, ne détourne pas ton regard de notre ami.
Dieu, nous tournons vers toi nos espoirs à l’heure où disparaît le corps de l’ami qui nous est cher.
Accorde-nous l’espérance de le revoir auprès de toi pour les siècles des siècles.

AMEN



HRP: Appel des porteurs et suite de la cérémonie demain !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izarra
Dame du castel
avatar

Nombre de messages : 444
Date d'inscription : 10/07/2006

MessageSujet: Re: Funérailles   Jeu 6 Mar 2008 - 1:08

Comme dans un rêve, Izarra voyait la chapelle se remplir peu à peu des frères et soeurs d'armes de Raphaël, plus touchée de leur présence qu'elle n'aurait su le dire. Quelques visages connus parmi eux: La jeune Zalina, qui semblait durement marquée par les épreuves, Caturix, rencontré aux ambassades de Normandie au temps lointain où elle était chambellan du Maine... Guillaume de Jeneffe... Domfront, dont la présence icelieu était plus que logique et qui en d'autres temps lui aurait arraché un sourire... Lyses, qui avait elle-même perdu son époux récemment, et dont elle comprenait, ô combien, la douleur... Et puis les amis, la famille, les fidèles: Florie et son soleil, Eloin, discrète et fidèle.

Et ses enfants... Aélis, dont la beauté dans ses atours d'apparat lui coupa la souffle. Depuis quand sa petite fille était-elle devenue cette superbe jeune fille? Comment avait-elle pu ne pas remarquer à quel point elle avait muri, grandi? Sûre d'elle-même malgré le chagrin qu'on devinait dans ses yeux, sa fille aînée vint se placer à son côté et lui serra la main, soutien muet mais précieux, si précieux... Puis soudain, un regard et la voilà qui s'éloigne, aérienne, pour aller se placer près de son fils, présence qui se veut rassurante, et sans doute moins étouffante que celle de la mère... Mère qui reçoit un coup en plein coeur en voyant son fils, seul, comme perdu, au milieu de la nef... L'irrépressible envie de courir vers lui, de le serrer contre son coeur... Et la douleur de constater que l'enfant ne vient en aucun cas chercher le réconfort maternel... A-t-elle donc perdu non seulement son époux mais aussi le coeur de son enfant?

Refoulant tant bien que mal les larmes qui lui viennent aux yeux, elle s'appuie pesamment sur le bras d'Eloin et murmure


Tu as raison mon enfant... Prenons place...

A pas lents, douloureux, elle gagne le banc du premier rang et s'y fige, bien droite, tandis que son cousin entame la cérémonie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Funérailles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Funérailles
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Funérailles de Freyelda et Carnil
» Registre des funérailles à Poitiers
» Des funérailles de Juliette d'Harles
» Registre des Funérailles
» Petit guide du catéchumène

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaines de Vergy-Harlegnan :: Chateau :: La chapelle Saint Louis-
Sauter vers: